Rechercher :

Guide des droits et des démarches administratives

Quelle est la procédure pour exclure un membre d'une association ?
Question-réponse

Un membre d'une association qui ne remplit plus ses obligations encourt des sanctions pouvant aller jusqu'à l'exclusion (radiation). Mais l'association doit respecter le principe selon lequel nul ne peut être sanctionné sans avoir pu se défendre. Elle doit aussi respecter les règles fixées par ses statuts.

Un membre d'une association peut être exclu :

  • si les conditions fixées par les statuts ne sont plus réunies (capacité juridique, droits civiques, activité professionnelle, âge, domicile, etc.),

  • en cas d'infraction aux règles statutaires ou au règlement intérieur (non-paiement des cotisations, fautes, etc).

Les situations et les procédures d'exclusion sont généralement prévues par les statuts de l'association (ou par le règlement intérieur).

Lorsque les statuts ou le règlement intérieur ne prévoient rien, l'autorité compétente est l'assemblée générale de l'association.

Dans tous les cas, l'intéressé doit être averti préalablement par écrit des faits reprochés et des conséquences susceptibles d'en résulter. Il doit avoir pu se défendre en présentant ses observations aux instances dirigeantes avant la prise de décision.

À savoir
pour éviter une procédure d'exclusion pour chaque membre ne payant plus sa cotisation, les statuts peuvent prévoir que le non-paiement de la cotisation vaut démission (c'est-à-dire renoncement à son adhésion).

Le membre exclu peut faire :

En cas de recours judiciaire, la décision d'exclusion peut être annulée :

  • pour des motifs de forme (par exemple, décision prise par le conseil d'administration alors que les statuts prévoient que seule l'assemblée générale peut exclure un membre),

  • pour des motifs de fond (par exemple, si la faute n'est pas d'une gravité telle qu'elle justifie la sanction).

L'annulation par un juge d'une décision d'exclusion rend à l'intéressé sa qualité de membre. Mais l'association peut, dans les faits, refuser de réintégrer le membre exclu sauf si les statuts ne l'y obligent.

Dans ce cas, l'intéressé ne peut que demander une réparation financière du préjudice subi auprès du juge.

Modifié le 11/12/2015 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)
source www.service-public.fr