Rechercher :

Guide des droits et des démarches administratives

Préavis de licenciement
Fiche pratique

Lors d'un licenciement, la rupture du contrat n'intervient pas immédiatement après sa notification. Un délai entre la notification du licenciement et la fin du contrat de travail doit être respecté, qui constitue le préavis.

Le préavis de licenciement correspond au délai qui court entre la notification du licenciement au salarié et la date de fin de son contrat de travail. Sauf exceptions, durant cette période, le salarié en préavis est tenu de travailler.

Tout salarié licencié (que ce soit pour motif personnel ou économique) est tenu d'exécuter un préavis, sauf en cas de :

Le salarié non dispensé de préavis continue de travailler dans l'entreprise, dans les conditions habituelles, et de percevoir sa rémunération (salaire, primes éventuelles...).

La durée de préavis dépend de l'ancienneté dans l'entreprise.

La durée du préavis est fixée :
  • soit par la convention collective,

  • soit par accord collectif,

  • soit par les usages pratiqués dans l'entreprise ou la profession.

La durée est doublée pour les travailleurs handicapés, dans la limite de 3 mois. Des dispositions conventionnelles, collectives ou contractuelles peuvent prévoir une durée plus favorable pour le salarié.
La durée du préavis est fixée à 1 mois. La durée est doublée pour les travailleurs handicapés. Des dispositions conventionnelles, collectives ou contractuelles peuvent prévoir une durée plus favorable pour le salarié.
La durée du préavis est fixée à 2 mois. La durée est doublée pour les travailleurs handicapés, dans la limite de 3 mois. Des dispositions conventionnelles, collectives ou contractuelles peuvent prévoir une durée plus favorable pour le salarié.

Le préavis commence le jour de la première présentation de la lettre recommandée notifiant le licenciement (même si le salarié n'a pas récupéré le courrier).

Le préavis peut être reporté ou suspendu dans les cas suivants :

  • accord entre le salarié et l'employeur,

  • prise de congés payés,

  • arrêt de travail lié à un accident du travail ou une maladie professionnelle,

  • ou disposition conventionnelle le prévoyant.

L'employeur peut dispenser le salarié de préavis. Dans ce cas, la dispense s'impose au salarié, qui ne peut s'y opposer.

Le salarié peut demander à ne pas exécuter son préavis, mais son employeur n'est pas obligé d'accepter. S'il accepte, le contrat prend fin à la date convenue par le salarié et l'employeur.

Le salarié doit percevoir une indemnité compensatrice de préavis, pour la période de préavis non effectuée, si l'employeur est à l'origine de la dispense. L'employeur n'est pas tenu de verser cette indemnité si la dispense est accordée après demande du salarié.

Dès lors que le salarié est dispensé d'effectuer son préavis, il peut se faire embaucher par une autre entreprise, même si le contrat en cours n'a pas encore atteint son terme (sauf clause de non-concurrence).

À savoir
la dispense du préavis par l'employeur ne modifie pas la date à laquelle le contrat prend fin.

Où s'adresser ?

Références

Modifié le 16/09/2015 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)
source www.service-public.fr